Le chantier représente un environnement de travail dangereux, aussi bien pour les personnes qui y travaillent que pour les passants, si celui-ci a lieu proche de la voirie. Aussi, il est indispensable de mettre certaines choses en place, afin d’améliorer la sécurité et la protection de chantier. Quel est le matériel indispensable ? Les bons gestes à connaître ? On vous en parle.

Protection de chantier : les bons équipements de protection

L’employeur est dans l’obligation de fournir des équipements de protection de chantier à tous ses salariés qui exercent sur le terrain. Voici une liste du matériel indispensable pour assurer une certaine sécurité au sein d’un environnement dangereux :

–          Les protections antibruit : les machines et autres équipements électroportatifs génèrent plus ou moins de bruit, même sur un chantier en extérieur. Il existe toute une gamme de matériel à disposition des employeurs, afin de protéger les salariés. Par exemple, des casques antibruit, des bouchons d’oreilles ou des écouteurs qui limiteront le nombre de décibels perçus par les travailleurs.

–          Le masque : poussières et autres vapeurs toxiques représentent un risque élevé pour la santé, la protection de chantier est donc cruciale afin de ne pas porter atteinte aux personnes qui y travaillent. De ce fait, le masque antipollution est lui aussi un indispensable.

–          Les lunettes : les projections sont courantes sur un chantier, il est donc indispensable de fournir des lunettes en Plexiglas aux salariés afin de les protéger au maximum.

–          Les gants de protection : ce sont des équipements à privilégier, car ils évitent efficacement les coupures et brûlures.

–          Le casque de chantier : les chutes d’objets sont fréquentes. De ce fait, le port du casque est obligatoire pour toutes les personnes qui se rendent sur le lieu des travaux.

–          Les chaussures de sécurité : bien évidemment, pour contrer tout risque d’écrasement, de chute ou de glissade, les chaussures de protection sont indispensables et même obligatoires. Si elles protègent efficacement le pied, elles assurent également un plus grand confort, grâce à des textiles conçus pour les températures extrêmes.

Nous avons vu comment protéger les travailleurs, mais la protection de chantier en lui-même est également indispensable, surtout si les travaux ont lieu à l’intérieur. Vous pouvez en lire d’avantage sur https://www.retropolis.fr

Comment protéger la zone de travail ?

Intervenir chez des particuliers, ou dans les locaux d’une entreprise implique de sécuriser efficacement la zone où se déroulent les travaux.

–          Films plastiques et bâches : ces équipements permettront de protéger les murs et les sols, ainsi que les meubles et autres surfaces.

–          La grille de chantier : elle vous offre de délimiter la zone de travaux et assurer une protection de chantier supplémentaire.

–          La création d’une zone de stockage : les sacs de sable, de ciment et de gravier, ainsi que les outils et le matériel requis doivent être entreposés efficacement, afin de dégager la zone de travail. Cet espace de stockage doit être facilement accessible aussi, il faudra prendre en compte les différentes contraintes liées à l’environnement.

Le signalement d’un chantier temporaire est obligatoire

La signalisation et l’avertissement font partie intégrante de la protection de chantier, que celui-ci se déroule à l’intérieur ou à l’extérieur. Pour cela, divers accessoires sont disponibles :

–          Les panneaux de signalisation, à utiliser sur la volerie,

–          Le ruban de balisage et les barrières, parfaits pour les travaux à l’intérieur.

Si les travaux ont lieu dans les locaux d’une entreprise, alors l’employeur est dans l’obligation d’informer et de sensibiliser ses collaborateurs, afin d’éviter tout accident. Dans certains cas, la zone devra être évacuée, les salariés seront alors transférés dans d’autres bâtiments. Vous retrouverez ici les responsabilités de l’employeur dans ce cas.